et elle a commencé par le chemin de croix qui a démarré à côté d’un marché qui ressemblait plutôt à un souk d’Afrique. 

Le chemin de croix s’est déroulé dans la ville d’Argenteuil, et s’est rapproché de la Basilique Saint Denys en traversant des rues bordées de Kebbab, boutiques et restaurant Hallal, institut de beauté africain, et autre… Cette Dame, en arrivant à la Basilique, est devenue très inquiète, et s’est dit : « Si un Djihadiste se fait exploser ici, ça va être un carnage. » Jusqu’à son entrée dans l’Eglise et jusqu’à la présentation de la tunique, elle a gardé son angoisse. Il y avait entre 2000 et 5000 personnes, venant de partout. Quelle conséquence aurait pu avoir un attentat au milieu de cette foule.

Une fois son Pèlerinage terminé, cette Dame est rentré en bus chez des sœurs à Versailles qui les ont accueillis en disant :  « Vous avez eu de la chance, un attentat Djihadiste était programmé contre vous. » Puis les conversations ont été bon train, et ils ont appris ce que les journaux nous ont dit. La veille, le 24 mars, un djihadiste avait été arrêté à Argenteuil. Ce que les médias n’ont pas dit, c’est que cet attentat était programmé le lendemain contre les pèlerins, et à proximité de la Basilique Saint Denys, voire dedans. Le terroriste avait une ceinture d’explosifs, pleine de clous pour faire le maximum de victime. Les policiers n’ont pas pu désamorcer cette ceinture sur place, ils ont été obligés de la faire sauter dans un champ voisin car c’était trop risqué.

Voilà l’attentat qui a été était programmé.

C’EST UN MIRACLE QU’IL N’AIT PAS EU LIEU.

Merci Seigneur Jésus d’avoir protégé les Pèlerins de votre Sainte Tunique.

C’est aussi notre prière régulière pour la France qui a permis que la grâce de Jésus vienne sur les pèlerins.