Le roi et la reine, ayant appris de la bouche même de ce religieux tout ce qui c'était passé, l'envoyèrent en Provence pour vérifier si la Sainte Vierge était réellement peinte dans ce tableau telle qu'il croyait l'avoir vue dans son extase. Si la chose se trouvait conforme à son récit, ils le chargèrent de faire une neuvaine à Notre-Dame de Grâce, afin d'obtenir du ciel le fils qu'on leur promettait. Le frère Fiacre reconnut que la vision ne l'avait point trompé, et remplit sa mission.

La reine ayant accouché de Louis XIV, le 5 septembre 1638, n'eut rien de plus pressé que de consacrer sa reconnaissance envers la Vierge. Elle fit porter à Notre-Dame de Grâce, par le même religieux, un tableau que l'on y voit encore, et sur lequel le jeune prince est représenté aux pieds de la mère du Sauveur. Elle fonda ensuite six messes pour être dites à perpétuité dans cette église.

Il en résultat pour la France le vœux de Louis XIII :

"Dieu qui élève les rois au trône de leur grandeur, non content de nous avoir donné l'esprit qu'il départ à tous les princes de la terre pour la conduite de leurs peuples, a voulu prendre un soin si spécial et de notre personne et de notre Etat, que nous ne pouvons considérer le bonheur du cours de notre règne, sans y voir autant d'effets merveilleux de sa bonté, que d'accidents qui nous pouvaient perdre.….

__A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis, que, soit qu'il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire.

__Exhortons pareillement tous les archevêques et évêques de notre royaume et néanmoins leur enjoignons de faire célébrer la même solennité en leurs églises épiscopales et autres églises de leur diocèse; entendant qu'à la dite cérémonie les Cours de Parlement et autres compagnies souveraines et les principaux officiers de ville y soient présents

Depuis cette date Marie a tenu une place toute particulière dans le cœur des Français.

Sait on pourquoi la date du 15 Août a été choisie ?

En Novembre 1621, Louis XIII se trouvait à Toulouse, il était en guerre contre les protestants de Montauban. Au cours de ce Séjour, il est devenu membre des Pénitents Bleus de Toulouse. Les Pénitents Bleus sont une confrérie de pénitents, dont les première ont été créé par Saint Bonaventure disciple de François d’Assise. Elles étaient des groupes de prière laïcs qui se réunissaient par exemple chaque vendredi et récitaient des psaumes de pénitence. Chaque groupe avait des règles particulières. On en trouve encore certains en Espagne avec des grandes capuches noires ou grises lors des processions. louis_20XIII.jpg

Les pénitents bleus se réunissaient dans une chapelle de l’Eglise Saint Jérôme. Lors de la construction de cette église, une icône avait été découverte dans les travaux et elle représentait l’assomption de Marie. Cette Icône était particulièrement vénérée par les fidèles de Saint Jérôme.

Le Premier Vœu de Louis XIII a eu lieu à Toulouse en 1632 :

« Le 26 Octobre 1632, devant la Confrérie assemblée dans la tribune de la chapelle, Louis XIII et Anne d’Autriche, supplient Dieu de leur donner un fils « par les mérites de la Vierge Assumpte (élevée au ciel par les anges) » en laquelle ils mettent leur confiance.

Le surlendemain, 28 Octobre, les souverains et la cour, après avoir assisté à la messe, puis aux vêpres, se rendent en procession à Saint Sernin, en compagnie de 800 Pénitents, revêtus de leurs « sac » portant chacun un cierge de cire blanche. » (archives de Haute Garonne)

C’est pour cela que le Roi vénérait tout particulièrement Marie à l’Assomption, et c’est pour ça qu'il a institué cette grande Fête du 15 Août, à laquelle nous devons rester fidèle, et qui plait tant à notre Mère du Ciel.

Comme prière du Mois récitons le Magnificat que Marie nous a appris :

Mon âme exalte le Seigneur,

Exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ; 
désormais tous les âges me diront bienheureuse. 
Le Puissant fit pour moi des merveilles : 
Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge 
sur ceux qui le craignent. 
Déployant la force de son bras, 
il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes,

il élève les humbles. 
Il comble de biens les affamés, 
renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël, son serviteur ;

il se souvient de son amour, 
De la promesse faite à nos pères, 
en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais.
Gloire au Père, et au Fils, 
et au Saint-Esprit, 
Maintenant et à jamais, 
dans les siècles des siècles. Amen.